tendance buzz

Pourquoi la Russie attaque t-elle la Géorgie?

chewbacca, 11 août 2008, 4 Commentaires sur 4 118 visiteurs
Categories: Actualité -

(Si vous n’avez que 10 secondes, reportez-vous directement à la partie en gras, c’est un résumé.)

Comme nous sommes nombreux à nous poser la question, je voudrais partager avec vous ce que je pense comprendre aux raisons qui poussent la Russie à attaquer la Géorgie. J’espère ainsi éclairer ceux qui ne comprennent rien, et apprendre de ceux qui savent mieux que moi, par vos commentaires ou réactions. A BuzzLeclair, nous aimons comprendre la Marche du Monde.

Les affrontements se déroulent en Ossétie, un tout petit pays partagé géographiquement et culturellement entre la Russie et la Géorgie. L’Ossétie du Nord est membre de la fédération de Russie depuis 1991. De 1922 à 1990, l’Ossétie du sud était une République indépendante, puis est devenue en 90 une région de la Géorgie: 1990, année de l’indépendance de la Géorgie, le parlement géorgien a annulé le statut particulier de républiques ou régions autonomes de ses populations minoritaires regroupées (Ossètes, mais aussi Abkhazes, et Adjars – les musulmans géorgiens), alors même que le Front Populaire de l’Ossétie du Sud demandait un rattachement à l’Ossétie du Nord, convaincus que l’identité du pays serait plus facilement réalisable dans l’esprit de la Grande Russie que dans le nationalisme géorgien. De 1991 à 1992, un guerre éclata entre Géorgie et Ossétie. Face à l’autorité géorgienne, l’aide en sous-main de la Russie a amplifié la russification des mentalités en Ossétie  du sud et abouti d’un côté à l’établissement officielle de l’indépendance d’Ossétie (accord de Sotchi en 1992), mais aussi à la main-mise de la Russie sur elle. Prise en otage par la Russie dans un statu-quo politique de fait, l’Ossétie est devenue une zone d’industrialisation soviétique. En même temps, l’Ossétie du Sud est restée largement géorgienne.  La volonté majoritaire dans le pays reste une unification politique, indépendante.

Géorgienne de facto, par l’histoire de l’autorité géorgienne et la géographie, l’Ossétie du sud reste une région séparatiste pro-russe. C’est cette opposition et cette fuite vers la Russie que la Géorgie a voulu stopper en lançant un assaut sur Tskhinvali, la capitale de la république séparatiste.

Globalement, les Ossètes veulent rompre avec l’autorité nationaliste Géorgienne et prolonger leur pacte commercial avec la Russie amie. La Géorgie veut reprendre son autorité par la force.

La géorgie accuse la Russie de l’envahir et compte par cette dénonciation emporter le secours de l’Europe et la Russie. Il s’agit donc pour elle de démontrer une double force : celle du soutien des « autres », et la capacité à régler par les armes un dilemme qui se pose dans les faits. De son côté, Moscou veut déstabiliser le gouvernement géorgien et réaffirmer sa force en lui infligeant une défaite cuisante.

L’Ossétie, c’est un objet de convoitise de deux états tiers autoritaires, prêts à sacrifier un peuple pour assoir leur puissance politique (Géorgie proche Europe et US) ou militaire (Grande Russie) et gagner en influence sur le commerce transcaucasien. C’est en même temps un enjeu politique et diplomatique international, car il oblige chaque pays à affirmer sa position hostile ou favorable. C’est un peu l’occasion pour les deux pays d’obliger tout le monde à mettre carte sur table pour savoir qui soutien qui et qui s’oppose à qui, mettant à rude épreuve des équilibres déjà fragiles, entre l’Europe et le Proche Orient, entre les US et le Proche Orient, entre les européens et les russes, les américains et les russes et bien sûr les gouvernements russe et géorgien. Difficile de rester silencieux dans son coin. Bernard Kouchner n’a même pas eu le temps de demander à Poutine de recourir à la négociation et d’implorer la protection des civils.

Une occasion nouvelle de rappeler au monde, à nous entre autres, que la paix est fragile. L’un des rares truismes des leçons de l’Histoire.


En savoir plus :

Commentaires

4 Réactions, Envoyez un commentaire!
  1. befaure
    12 août 2008, 0:16

    j’ai tout lu :D

  2. RaDe
    12 août 2008, 0:21

    Befaure il est trop fort :)

  3. zeybek
    08 octobre 2008, 11:41

    je suis russe et turk,jaimerais kil nyai plu la guerre.

  4. Steven
    22 février 2010, 0:43

    Désoler zeybek pas tous les Russe seulement le gouvernement.

Nom *

Mail *

Site

spaceclair